Classement et durabilité des bois

Publié le 31 octobre 2012

Voici quelques extraits du magazine CMP Bois d’octobre -novembre 2012 synthétisant la problématique de la durabilité et du traitement des bois :

“Le bois non protégé est la proie potentielle de nombreux insectes et champignons. (…) Des classes de risques d’usage distinguent les niveaux de résistance exigés pour chacun. Pour mémoire, les classes de risques d’après la norme NF EN 335-2 sont les suivantes :Une charpente en bois traitée classe 2

  • En classe 1, les bois sont au sec et toujours d’une humidité inférieure à 20% (exemples : les solives et les lambris).
  • En classe 2, leur humidité peut occasionnellement dépasser les 20% (exemples : les bois intérieurs de charpente, à la merci d’un défaut momentané de couverture).
  • En classe 3, les bois doivent résister à une humidité fréquemment supérieure à 20%. A ce niveau la classification fait la différence entre 3A, qui concerne les bois extérieurs, hors contact avec le sol mais protégés donc faiblement exposés aux intempéries, et 3B pour ceux sans protection, exposés en permanence aux intempéries, comme les bardages par exemple.
  • Enfin, pour être considérés de classe 4, les bois doivent résister à une humidité permanente, d’eau douce, saumâtre ou salée, en contact ou non avec le sol (exemples : bois de terrasses).

Pour leur conférer une meilleure durabilité, il est impératif de traiter les bois, c’est-à-dire de faire pénétrer superficiellement ou en profondeur un produit aux propriétés insecticides et/ou fongicides.”

Votre bois nécessite, avant de recevoir une finition (lasure, huile, saturateur…), un traitement insecticide ou fongicide ? N’hésitez pas à utiliser un produit professionnel, comme par exemple :

 

Laisser un commentaire